«Lederhosen Piraten» : le blog en culotte de cuir !

180509

Sommaire.

Lederhosen  1. L’Eté de mes treize ans…
      Une nouvelle scoute en mémoire
      de
Jean-Louis Foncine, Serge Dalens
      et Pierre Joubert.

  2. La Kurze Lederhose
     du XIXe siècle à nos jours.

      Une petite histoire illustrée de la Lederhose.
 
 
  3. Kurze Lederhose et scoutisme.
      Tradis-Pêchus, les scouts en culotte de cuir.
   
  4. Le «Signe de Piste»
     et la mystique de la Lederhose.
    
Comment le roman scout a popularisé
      la Lederhose en France.


  5. L’album photo des Lederhosen Piraten.


  6. La Lederhose et l’uniforme scout.
       Une présentation des Lederhosen
       portées par les scouts aujourd’hui.

  7. Acheter, restaurer et entretenir
      une Lederhose ancienne…

  8. Lederhosen en action… (Vidéos)
      
Quelques vidéos glanées sur internet.  

  9. Entre tradition et modernité,
      des ados bien dans leur « peau ».

       Ils allient avec bonheur traditions et modernité.

10. Une brève bibliographie
     de la Kurze Lederhose

Posté par ctruongngoc à 00:45 - Commentaires [5] - Permalien [#]

251208

1. L’Eté de mes treize ans…

1. «Jetzt bist du ein Deutscher Knabe !».

Deustches_knabe    L’été de mes treize ans, je partais pour des vacances studieuses en Allemagne. Au mois de juin, j’avais accueilli Gert, mon correspondant allemand et c’était à mon tour de plonger en «germanitude». Je me rappelle d’un été particulièrement chaud, et dans le train qui nous menait à destination Joan Baez chantait en boucle la «Balade de Sacco et Vanzetti».

Je fus accueilli chaleureusement à la descente du train par Gert, quatorze ans, ses parent et par son grand frère de quinze ans, Klaus.

Immédiatement je remarquais qu’ils portaient tous les deux une culotte de cuir. J’en avais déjà vues auparavant, mais de loin… et j’avais été intrigué. Cette culotte courte, faite d’une matière qui pour moi était un peu bizarre pour un short, avait quelque chose de troublant, sans pouvoir me l’expliquer. J’en aimais la coupe large, le pont qui se referme avec deux boutons, le revers de cuir que l’on remonte sur les cuisses et les bretelles rassemblées sur le devant par une pièce de cuir décorée d’une Edelweiß en corne de cerf. Je trouvais mes deux amis très beaux ainsi vêtus.

Un garçon allemand dans les années cinquante.

Arrivés à la maison, une table couverte de charcuteries, fromages, pains et autre confiture nous attendait. J’avais une faim de loup, ça tombait bien. Mais auparavant, les garçons me firent les honneurs de la maison et de leurs quartiers. Je défis quelques bagages, me déshabillais et filais sous la douche : après la dizaine d’heures de train j’en avais bien besoin.

A mon retour dans la chambre, les vêtements que j’avais abandonné sur une chaise avaient disparus, et je trouvais sur mon lit une culotte de cuir, identique à celle des garçons, et bien patinée par les années. Klaus me dit : «C'est mon ancienne «Lederhose», elle devrait bien t’aller, je te la donne, mets-la ! Après nous avons une surprise pour toi». J’étais un peu gêné, mais intérieurement trop heureux de ce cadeau. Une grande émotion s’empara de moi.

J’allais enfiler ma culotte de cuir quand Gert m’arrêta : «Non, non, il faut enlever ton slip, c’est comme ça qu’on porte une Lederhose !» Troublé, je m’exécutais maladroitement pendant que les garçons détournaient pudiquement le regard en riant. Puis je mis la culotte de peau.

Elle m’allait comme un gant. Le contact rafraîchissant du cuir sur ma peau chaude, son grain si particulier au toucher, l’odeur qui en exhalait, la pensée que Klaus puis Gert après lui avaient porté et patiné le cuir de cette culotte pendant des années eurent un effet immédiat et inattendu… Je rougis, les garçons qui s’en étaient aperçu se marraient entre-eux, et bien sûr je ne comprenais pas grand chose à ce qu’ils se disaient.

Gert se saisit alors des bretelles de cuir, les boutonnant sur le devant. Il les passa au dessus de mes épaules dénudées, les croisa soigneusement dans le dos puis finit de les fixer. Il se plaça devant moi sous l’œil intéressé et amusé de Klaus, resserra fermement les sangles, faisant remonter la culotte de cuir sur mes fesses au maximum, ajustant les revers, puis le cérémonial achevé recula un peu. Il ouvrit la porte de l’armoire découvrant un grand miroir. Nous étions là tous les trois, souriants, torses nus, revêtus de la même culotte de cuir.

A son tour, m’examinant sous tous les angles d’un air malicieux, Klaus prit un air satisfait et finit par déclarer joyeusement : «Jetzt bist du ein Deutscher Knabe ! Komm !», puis il nous entraîna à sa suite.

2. Les «Lederhosen-Piraten».

Nous descendîmes à la salle à manger en dévalant l’escalier quatre à quatre. Il faisait chaud et notre tenue légère était tout à fait adaptée à la situation. En quinze minutes, nous fîmes honneur au goûter en avalant tout ce que nous pouvions. Puis Gert et Klaus m’entraînèrent au dehors après avoir avisé leur mère.

Gert me passa un Rucksack puis enfourchant une vieille bicyclette, harnaché comme un chevalier teutonique dans ma culotte de cuir, je dévalais à la suite des garçons jusqu’à la lisière de la forêt. Là, nous mîmes pied à terre. Klaus me fit signe de ne pas faire de bruit. Nous nous avançâmes prudemment.

Tout à coup, je perçus un chant qui s’élevait et les sons d’une guitare et d’un harmonica. Gert indiqua la direction à prendre. Quelques mètres plus loin, il stoppa et se mit à siffler un air qui m’était familier : l’Appel Scout ! La musique s’arrêta et l’écho nous renvoya le même air mais cette fois en polyphonie.

drengeA cet appel, cinq garçons affichant un large sourire surgirent d’on ne sait où. Comme nous, ils étaient torses nus et portaient une culotte de cuir patinée, retenue par des bretelles. «Je te présente nos amis, les «Lederhosen-Piraten». C’était la surprise annoncée. Voilà pourquoi les frères avaient tant insisté pour que je porte moi aussi la même culotte de cuir.

Nous échangeons de franches poignées de main et des accolade viriles. Il y a là Moritz, seize ans, au sourire bonhomme, qui semble être le meneur de la bande avec sa guitare en bandoulière, puis Karl, quinze ans, le joueur d’harmonica, Gunther, quatorze ans et demi, son foulard noir drôlement noué autour du cou puis les jumeaux Thomas et Jürgen, treize ans, qui se chamaillent fraternellement pour je ne sais quoi.

Lorsqu’il était venu en visite en France, Gert et moi avions longuement parlé de scoutisme. Il m’avait accompagné lors d’un week-end de Patrouille où il avait fait sensation avec sa culotte de cuir, et il avait bien tenté de m’expliquer le fonctionnement de sa bande, mais je n’y comprenais rien. Là, d’un coup la lumière fût et je me rappelais ses explications : ils sont Wandervögel, des Oiseaux Migrateurs, leur emblème est la cigogne et leur devise c’est «Wild und Frei», sauvages et libres…

Séduite par les récits de Gert, la «Patrouille Libre du Faucon» a décidé d’inviter les Pirates au camp d’été et je suis ici en ambassade. En effet, le Faucon campe au mois d’août en Allemagne à cinquante kilomètres de l’endroit où nous nos trouvons. Nous participerons à un grand rassemblement qui doit réunir un nombre conséquent de Patrouilles Libres de France et d’Allemagne. Ah oui au fait, je suis le troisième de pat’ du Faucon, cuistot de son état !

Les «Lederhosen-Piraten» ont établi un solide bivouac : des doubles toits ont été tendus de part et d’autre d’un dispositif en fer à cheval. Le comité d’accueil nous invite à prendre place autour du feu de camp qui crépite. Chacun veut s’asseoir à côté de moi, c’est un joyeux chahut. Moritz plaque quelques accords sur sa guitare et le silence se fait. Alors, entre chien et loup, une douce mélopée s’éleve du bivouac. «Ich hat’ ein Kamerad, J’avais un camarade». Au dessus de la forêt bavaroise, à ce moment précis, le temps semble s’être arrêté…

Pour Moritz, et à la mémoire de Jean-Louis Foncine, Serge Dalens et Pierre Joubert.

A suivre…

2. La Lederhose du XIXe siècle à nos jours.

   Mise à jour !   

   Au début du XIXe siècle, avec l’apparition du pantalon en tissu dans l’habillement, les modes vestimentaires évoluèrent et les citadins abandonnèrent le port de la Lederhose. Seuls les montagnards, les chasseurs et les habitants de la campagne continuèrent à la porter dans leurs activités quotidiennes si bien que le port de ce vêtement traditionnel se raréfia lentement jusqu’à risquer de disparaitre !

Josef_Vogl___Gr_nder_des_1Un homme tenta de remédier à la situation. Le 25 août 1883 dans une taverne de Bayrischzell, l’instituteur Josef Vogl (1848-1886), avec cinq de ses compagnons décidèrent de faire confectionner des Lederhosen traditionnelles.

On ne voyait plus personne dans les rues de la ville porter un tel accoutrement depuis des lustres… Une fois le costume prêt, les amis se rendirent à l’église habillés de leur nouvelle tenue.
Comme on pouvait s’y attendre, Ils furent la risée de l’assistance et ce fut un fiasco. N’empêche, Josef Vogl venait de fonder le premier groupe folklorique d’Allemagne ! L’histoire de la Bavière à retenu cette date et continue à l’honorer.

Coup dur supplémentaire, la Lederhose fut jugée immorale par l’Eglise. L'archevêque de Münich et le clergé allemand en interdit le port lors des célébrations et processions religieuses, une mise à l’Index qui se poursuivit jusqu’en 1913.

A6

Josef Volg créa alors une association pour protéger ce costume national et fit appel au parrainage de Louis II de Bavière. Le monarque assura l’association de son soutien. La reconnaissance de leur cause n’était désormais plus qu'une question de temps. Dès lors, au fil des années la Lederhose évolua. Chaque région mit un point d’honneur à l’embellir en y ajoutant de riches broderies,
chacune ayant des couleurs et des motifs spécifiques. La Lederhose devient l’habit de fête par excellence.

 

31344431

Une authentique Lederhose est toujours coupée sur mesure, dans du cuir de cerf. Plusieurs semaines sont nécessaires à sa fabrication. Elle est souvent brodée des initiales de son propriétaire. Les boutons sont taillés dans du bois de cerf et retenus par un lien de cuir. Au centre des bretelles, est fixé un petit camée sculpté en bois de cerf représentant une scène de chasse ou une Edelweiß. Une ceinture d’apparat richement décorée, véritable travail d’art populaire, et brodée du nom du propriétaire ou d’un souhait complète le costume. A l’époque, l’achat d’une telle Lederhose représente une dépense très importante mais chacun met un point d’honneur à en posséder une.


De 1918 à l’aube de la seconde guerre mondiale.

bergers_en_lederhoseLa popularité internationale de la Lederhose n’arrivera qu'après la première guerre mondiale quand le tourisme commence à se développer en Allemagne. Séduits, de nombreux visiteurs repartent avec une Lederhose dans leurs bagages ce qui contribue à la faire connaître dans le monde entier.

Jusqu’au milieu des années trente, la forme évolue peu mais elle commence à raccourcir, d’une puis deux et trois mains au-dessus du genou et on remonte les revers en conservant le laçage des côtés, ce qui lui donne ce chic inimitable. On produit alors des Lederhosen de manière plus «industrielle», sans broderies, dans des cuirs moins coûteux que le Hirschleder traditionnel.

La Lederhose est le vêtement de travail d’usage courant, porté à la ferme, à l’usine et à l’école. Elle accompagne tous les instants de la vie quotidienne des garçons qui portent leur culotte de cuir ordinaire toute la semaine et la Festlederhose brodée pour la messe dominicale et à l’occasion des fêtes populaires.


La seconde guerre mondiale.

10130189a

Pendant la seconde guerre mondiale, les approvisionnements en cuir sont rationnés et réservés à l’effort de guerre. On fabriqua de moins en moins de Lederhosen et il fût très difficile d’en trouver. A la fin du conflit on ne voit plus guère sur les photos ou les films de l’époque, de garçons en Lederhose.

Dans la Hitlerjugend, on remarque sur les photos que la Lederhose est portée par les garçons bavarois à la création de l’organisation en 1922. Pour des raisons d’esthétique du groupe, on peut voir que les revers des Lederhosen sont descendus. Mais face à la pénurie croissante de cuir, elle sera vite remplacée par une culotte courte en drap épais.

HJlederhosedeguerred_tEn Bavière, les jeunes portent alors une «Ersatzlederhose» en tissu, conforme en tous points à l’originale hormis la matière. Cette exception sera tolérée jusqu’en 1933. Tout le monde adoptera alors la culotte courte en drap.


De l’après guerre à l’âge d’or des années cinquante :
La «Lederhosen-Generation».

LH3BOYS

Après la seconde guerre mondiale, un artisan bien inspiré crée alors une nouvelle forme, la Sepplhose, très ajustée et beaucoup plus courte avec revers, (trois largeurs de main au dessus du genou). Il simplifie la forme du pont en supprimant pièces rapportées et boutons, les substituant par des fermetures à glissières et rajoutant des passants pour ceinturon. Ce modèle économe en matière première et façon, permet une production meilleur marché. C’est le temps du prêt-à-porter. Grâce à un prix acceptable au vu de sa longévité, ce nouveau modèle s’impose immédiatement.

zz83

Au même moment apparaissent les premières Glattlederhosen, en cuir lisse épais de couleur vert-olive foncé, à deux fermetures à glissières, bien moins sensible aux tâches et agressions de toutes sortes.

Elle furent immédiatement très populaires chez les garçons à la grande satisfaction des mamans de pouvoir les habiller avec ce vêtement en cuir, solide, pratique et esthétique et qui se transmettait entre frères. Pratiquement tous les garçons allemands de cette génération d’après-guerre portent alors une Lederhose.

C’est sans aucun doute la Glattlederhose qui fût la plus populaire durant les années 50/70, et elle demeure encore très recherchée par les collectionneurs.


  NOUVEAU   

   La culotte de cuir à la conquête des garçons de France.

Pub_culotte_de_cuir_1955Encart publicitaire inséré dans
Tintin du 12 octobre 1955.

La culotte de cuir est vendue
par correspondance !

C’est ainsi que dès le début des années cinquante, la culotte de cuir bavaroise va partir à la conquête des garçons français. Ils en connaissent l’existence par la lecture assidue de la collection « Signe de Piste », puis par des publicités insérées dans des magazines comme Tintin.
Pour répondre à la demande, la Lederhose trouve une bonne place dans les catalogues de vente par correspondance comme Manufrance ou La Redoute.


   L’évolution des formes de la Kurze Lederhose de 1900 à 2008.
Photos : «Das Lederhosen Museum.», Uwe Beltz et collection personnelle de l’auteur.

  Clich__2008_08_20_15_48_54    Clich__2008_08_20_15_47_34     Clich__2008_08_20_15_48_14   
              vers 1900                                vers 1920                               
vers 1920

  KGrauB   Kn_pflatz2a_copie7503_1_copie
       
vers 1930/1940                              années 50                                  années 50

lederhose  SepplgbrM 26736598
              années 50/60                           années 50/60                                   2008


   Fiers garçons allemands du XIXe siècle aux années soixante.

« Carpe Diem », la galerie du Cercle des Poètes disparus…

RUDOLF_timeline_4b_bilder Schweser_m_Bergstock_1890 2540448321_8c89d21bd4 evo01 d_tail jeunegarconetpereca1920a trachtados1900a vacherlederhose f32a berge_lederhose2 bwd043d_tail gar_onLhnupied ruedel_bub1 evo9 Four_brothers___Germany__late_1930s_a DJavant1939 wanderdetail1 2717718308_e9852861d1_o evo2 photographe Klaus_Peter_a evo8 evo3 LH harald deuxgar_ons_LH Deustches_knabed_tail

Posté par ctruongngoc à 00:43 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

3. «Kurze Lederhose» et scoutisme.

26687217

   En Allemagne, la culotte de cuir n’a pas toujours fait partie de l’uniforme scout. En effet, dès les débuts du scoutisme dans ce pays, les associations scoutes ont adoptées la culotte de drap épais, contrairement aux Wandervögel qui portent plus volontiers une Lederhose. Jusqu’au début des années trente la Lederhose est surtout portée à la campagne. Ce n’est qu’après la guerre que ce vêtement, modernisé dans sa forme, trouve un accueil plus que favorable auprès de la jeunesse.

De nos jours, et après des décennies de règne du jeans, les Wandervögel et les scouts allemands amorcent un retour certain aux traditions, on le voit dans l’évolution générale de leur uniforme qui revient à des formes plus traditionnelles. De nombreux fournisseurs de Lederhosen proposent des modèles très adaptés aux activités de plein air à des prix modiques, mettant ainsi la culotte de cuir à la portée de toutes les bourses.

Riaumontscr


   En France, une véritable tradition de la culotte de cuir existe indéniablement depuis les années cinquante grâce aux histoires du «Signe de Piste».
Elle a pour les scouts le même aspect mythique que le fameux «Foulard de Sang» et les aventures du Prince Eric.
La seule association de scoutisme française qui ait, dès ses débuts, porté la Lederhose, est celle des Scouts de Riaumont, privilège que beaucoup de scouts français leur envient… C’est ainsi que beaucoup portent des Lederhosen comme tenue de camp puisque celle-ci ne fait pas partie, à leur grand regret, de l’uniforme officiel de leur association. Il est toutefois intéressant de remarquer que de tout temps, les scouts tradis-pêchus qui voulaient porter une Lederhose ont toujours trouvé le moyen d’en acquérir.

Des sites à voir :
Stamm Witichis
- Pfadfindern Bund.
Scouts de Riaumont - Le village d’enfants de Riaumont.

Posté par ctruongngoc à 00:42 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,

4. Le «Signe de Piste» et la mystique de la Lederhose.

  Mise à Jour 

Foncine_Joubert_Scouts

   Il n’y a pas un scout français en ce bas monde qui à un moment de sa vie n’ai lu et se soit pris de passion pour un héros du Signe de Piste. Ma première rencontre avec les romans scouts remonte à l’âge de onze ans, j’étais alors pensionnaire au petit séminaire de Walbourg. Alité à l’infirmerie pour soigner une mauvaise angine, c’est un camarade bien intentionné qui, revenant de la bibliothèque m’a transmis le virus sous la forme d’un petit livre : Matricule 512 de Jean Valbert. Encore aujourd’hui, ce virus se réveille parfois avec bonheur…

Les héros du Signe de Piste ont forgé l’imaginaire de générations d’adolescents depuis la fin de la guerre, et à de nombreuses reprises, on y rencontre des garçons portant des culottes de cuir, dessinés par Pierre Joubert et Michel Gourlier, les illustrateurs de cette collection de romans scouts.

Glaivedecologne Fondal_Pataugas_a Loups
bataillesneathli
cargoderni_rechance ceinturonsnoirs

Quelques romans Signe de Piste et Rubans Noirs illustrés par Pierre Joubert et Michel Gourlier
.

C’est sans doute de cette époque d’immédiate après-guerre que l’on peu dater l’engouement des jeunes pour la Lederhose en France, la lecture des romans scouts leur ayant fait découvrir ce vêtement si singulier, qui évoque vie sauvage et liberté.

Voici comment Jean-Louis Foncine décrit sa pemière recontre à l’été 1942 avec Wolfgang, un gamin en culotte de cuir dans sa biographie «Un si long orage - chronique d'une jeunesse» publiée en 1995.

HJ_Lerdehose01«(…) Soudain, je vis qu’un gamin blond était resté seul non loin de moi. Il achevait de se rhabiller. Enlevant sans pudeur son affreuse culotte de toile, il enfilait directement la culotte de cuir qui était de règle, tant à son école qu’à la H.J. Il reparut vêtu de sa chemise brune. Il me regardait d’un air espiègle. J’eus un moment l’impression qu’il me confondait avec un allemand, puisqu’il m'avait vu en compagnie d’Herbert et que je portais aussi la culotte noire.» (…)

«(…) Son air gavroche était merveilleusement rafraîchissant. Il me donna une grande tape sur l’épaule, et pieds nus, fila, les fesses moulées dans sa petite culotte de cuir. Il avait plus de treize ans, et c'était encore la culotte de ses dix ans, à n’en pas douter. Vu de loin, et sauf la culotte de cuir bien sûr, il ressemblait à l’un de mes scouts, le plus blond, le plus drôle de la patrouille des Hirondelles de mon «Relais de la Chance au Roy» (…)

Rencontré par Foncine en 1942, Wolfang sera tué à l’âge de quinze ans. De retour d’Allemagne en mai 1945, Foncine emportait dans ses bagages la culotte de cuir de Wolfgang. Il lui dédiera son livre «Le Glaive de Cologne» et en fera l’un des héros principal.

Posté par ctruongngoc à 00:41 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , ,


5. L’album photo des Lederhosen-Piraten.

Posté par ctruongngoc à 00:40 - Commentaires [0] - Permalien [#]

6. La culotte de cuir et l’uniforme scout.

Kn_pflatz2a_copie


Lederhose en cuir de cerf (Hirschleder) avec pont à boutons, (Knöpflatz), couleur marron-clair (antik-braun).
La Lederhose des années cinquante
portée par les «vrais garçons allemands». Elle allie esthétique confort et solidité et se porte avec des bretelles en cuir (Lederhosenträger). On n’en trouve plus que d’occasion.
La préférée des «Lederhosen-Piraten» et celle que votre serviteur porte tous les jours…


7503_1_copie 
Sepplehose en cuir de vachette finition daim (
Samtspalt), pont à fermetures à glissières, (Reißverschluß) couleur brun-olive (Olivbraun) et passants pour ceinturon (Gürtelschlaufen).
La Sepplhose adoptée par une majorité de Scouts Allemands.

GlattLederhose


 Sepplhose en nappa, cuir de veau lisse (Glattleder) pont à fermetures à glissières,  (Reißverschluß), couleur vert-olive très foncé . 
La Sepplehose mythique des années soixante !


26736598

 


Sepplhose
 
en cuir de veau, (Rindsnappa),
lisse (Glattleder), avec pont à boutons (Knöpflatz),
couleur vert bouteille (Flaschengrün) .

Un superbe modèle fabriqué sur-mesure et selon vos indications, avec toutes les options possibles, par Uwe Beltz en Bavière.


Où acheter une Lederhose.

  • Lederhosen Classics. Uwe Belz vous propose de réaliser votre Kurze Lederhose sur-mesure et selon vos indications. Des prix raisonnables pour un service et une qualité au top !
  • Dirk Seipenbusch. Le fournisseur de nombreux mouvements scouts allemands.
    Finitions moyennes !
  • Engelbert Aigner. Cet artisan de père en fils depuis le XIXe siècle ! Taille de magnifiques modèles traditionnels brodés sur mesure.
  • Lederhosenshop. Vente sur internet de culottes de cuir d’occasion.
    Beaucoup de choix mais franchement cher !
  • Scoutbox-Onlineshop. Fournisseur du scoutisme allemand. Prix abordables !

Posté par ctruongngoc à 00:39 - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags : , , ,

7. Acheter, restaurer et entretenir une Lederhose ancienne.

   Petit lexique Franco-Allemand de la «Kurze Lederhose».

L16

Il est souvent mal aisé pour un français d’acheter une culotte de cuir. En effet, si vous n’êtes pas familiers de la langue de Goethe, vous aurez beaucoup de mal avec les descriptions et les tailles. Le meilleur endroit pour acheter une culotte de cuir d’occasion est sans doute Ebay. Chaque jour, ce sont plus de cinquante offres nouvelles qui sont publiées. Aussi, je me propose de vous aider un peu dans vos recherches avec ce petit lexique pour éviter les mauvaise surprises…

La taille (Bundweit - Bundumpfang)

44 = tour de ceinture 78 cm - taille française 36
46 = tour de ceinture 82 cm - taille française 41
48 = tour de ceinture 86 cm - taille française 43
50 = tour de ceinture 90 cm - taille française 45
52 = tour de ceinture 94 cm - taille française 47
54 = tour de ceinture 98 cm - taille française 49

La longueur (Seitenlang) :
C’est la longueur en cm mesurée de la taille au revers inférieur remonté.
Suivant la taille de la culotte elle varie de 30 à 36 cm de long pour les Lederhose à fermeture à glissière et 40 à 46 cm pour les Knöpflatz.

Les qualités de cuir :

  • Echtleder : cuir véritable.
  • Hirschleder : cuir de cerf. Le top !
  • Vollrind Nappa : cuir de veau.
  • Rindkern velours : cuir de veau aspect velours.
  • Samtspalt : cuir de vachette aspect velours.
  • Glattleder : cuir lisse.
  • Wildbock : cuir de chèvre aspect velours.

Le modèle de culotte de cuir :

  • Bundlederhose : culotte de cuir longue jusqu’au genoux (knickers).
  • Kurze Lederhose : culotte courte en cuir.
  • Knöpflatz : à rabat à boutons. On l’appelle aussi Sepplhose.
  • Doppelzipp / Reißverschlußlatz : à rabat à double fermeture à glissière.
  • Farbe : couleur.
  • Grün/vert ; Flashengrün/vert bouteille ; grau/gris ; Schwartz/noir ; Braun/brun.
  • Sepplhose : culotte de cuir très courte, avec revers, apparue au début des années 50.
  • Trachtenlederhose : culotte de cuir de plein-air.

Les termes les plus souvent employés dans les descriptifs des Lederhosen :

  • Beinumgeschlägen : revers remontés.
  • Beinumschläge aus Glattleder : revers doublés en cuir lisse.
  • Beinweite : tour de cuisse.
  • Bunderweiterung / Regulator / Brotzeitzwickel : élargisseur de taille.
  • Eichenlaub : décor des poches avec une feuille de chêne.
  • Eingetragene : culotte déjà portée
  • Fleckige : qui présente des tâches.
  • Gesäßtasche : poche arrière.
  • Gürtel : ceinturon.
  • Gürtelschlaufen : passant pour ceinturon.
  • Guter Zustand : en bon état.
  • Hirschrosen : rosace décorative sculptée en bois de cerf qui se porte sur les bretelles.
  • Hirsch Hornknopf : bouton en bois de cerf.
  • Knopfverschluß : fermeture à bouton.
  • Lederhosenträger : bretelles pour Lederhose.
  • Messertasche : poche à couteau.
  • Normale Gebrauchsspuren : usure normale
  • Paspeln : passepoil.
  • Stickerei : broderie.
  • Speckige : patinée, tâchée, graisseuse. (C’est indispensable !)
  • Schrittlange : longueur d’entrejambes.
  • Taschen aus Leder : poches en cuir.
  • Uhrige : vieille, ancienne.
  • Zustand : état

   Restaurer et entretenir une culotte de cuir ancienne.

Kn_pflatzCTN2 Rien n’est plus beau qu’une culotte de cuir ancienne, patinée par les années et ses propriétaires successifs. Ces vêtements, qui ont souvent une cinquantaine d’années voire plus, étaient fabriqués par des artisans qui savaient faire beau et solide. Objet d’art et de traditions populaires, c’est un beau témoignage de respect de restaurer et faire revivre une Lederhose ancienne en la portant.

La Lederhose est un vêtement d’une solidité à toute épreuve, à condition de respecter quelques règles d’entretien simples. Si vous avez acheté une Lederhose ancienne, il est presque certain que celle-ci n’a pas été portée depuis de nombreuses années. Le cuir et les coutures risquent donc d’être aussi souples que du carton… Pas de panique, suivez le guide !

• N’essayez pas d’enfiler votre culotte de cuir tout de suite. Vous risqueriez de mettre à mal les coutures qui à coup sûr se sont desséchées.
• Commencez brosser votre «Lederhose» à sec énergiquement et soigneusement pour la dépoussiérer.
• Procurez vous de l'huile de pied de bœuf pure, en vente chez tous les bons marchands de couleurs.
• Avec une brosse à chaussures douce que vous imbiberez d’huile, brosser largement votre Lederhose, en commençant par toutes les coutures. Ensuite passez votre brosse imbibée d’huile sur toutes les parties, à l’extérieur et à l’intérieur, en n’oubliant pas l’intérieur des revers et les lacets de cuir qui fixent les boutons.
• Si quelques coutures ont tendance à lâcher, un détour par un bon artisan-cordonnier pourra s’avérer nécessaire. N’attendez pas qu’elles craquent complètement. N’hésitez pas à recoudre soigneusement les poches si elles sont trouées. S’il manque des boutons, vous pouvez en commander chez Uwe Beltz.
• Evitez absolument les Lederhosen dont les fermetures à glissières ne seraient pas impeccables.
• De temps en temps, recommencez l’opération avec l’huile de pied de bœuf.
• Lorsque vous ne portez pas votre Lederhose, suspendez-la à l’aide d’un cintre à pinces et rangez-la dans un endroit sec et aéré.
• Enfin, ne lavez jamais votre Lederhose, laissez-la se patiner en paix…

Ces quelques précautions indispensables prises, votre culotte de cuir retrouvera toute sa souplesse et vous pourrez l’enfiler avec plaisir sans risque de l’abimer. Elle vous donnera satisfaction pendant de nombreuses années encore.

Posté par ctruongngoc à 00:38 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

8. Lederhosen en action… Vidéos.

Promenade hivernale en Lederhose.
Pour commencer l’année 2009, Niklaus nous emmène dans
une belle promenade hivernale rafraîchissante en culotte de cuir
dans la forêt allemande autour de Bad Schwalbach en décembre 2008.

Réalisée par un passionné allemand, cette série de petits films met bien en avant son attachement à sa Lederhose, et le plaisir qu’il ressent à en porter une par tous les temps et quelque soit la saison

Grâce à une caméra maniée avec adresse, un montage des images très dynamique et un véritable sens de la narration cinématographique, Niklaus vous fait partager en quelques minutes ses promenades solitaires en Lederhose dans la campagne allemande.

Et, souvenirs de Routes et de Pélés, on aimerait marcher en sa compagnie silencieuse.  


«Allzeit bereit ! 100 Jahre Pfadfinder»
Extrait d’un reportage de la télévision allemande
à l’occasion du centenaire du Scoutisme.


«Eine Hommage an die Pfadfinder»
Un beau montage photographique qui prouve que la vie est belle en culotte de cuir…

«So war es in den fünfziger und sechziger Jahren»
Un montage photographique un brin nostalgique sur les années cinquante et soixante.

«Wila» le film. Ein anderer Jahreswechsel
Une superbe évocation des Wandervögel aujourd’hui.

Kinder und Jugendliche in der Nachkriegszeit»
Un montage photographique sur l’immédiate après guerre.


Une partie de foot en Lederhose !

Posté par ctruongngoc à 00:37 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

9. Entre tradition et modernité, des ados bien dans leur peau…

   Allier tradition et modernité, rien de plus simple. C’est ce que bon nombre d’adolescents attachés à leurs racines font quotidiennement.
Loin d’être isolés, ils nous montrent qu’il est possible de s’habiller avec un certain style, en panachant vêtement traditionnel et vêtement du XXIe siècle.

3Lederhosen skaterlederhose 080807_bavarian_summer_style_munich_rumfordstrase_rec 11_1_ supportersFCMunchen LH_boytshirtbleu 2226 LH_Hippiefest 2877240086_b3c7fe2504_b P1011079 rigolo

Posté par ctruongngoc à 00:36 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,
161108

10. Une brève bibliographie de la «Lederhose».

   Sauf erreur de ma part, il n’existe aucun livre en Français qui parle de «Lederhose» et pour cause. Mais que les non-germanophones se rassurent, j’ai déniché ce très bel album intitulé «Die Lederhose», publié en Allemagne en 1996 aux éditions Husum et toujours disponible pour 19 € environ auprès de l’éditeur.

Son texte est traduit en Anglais, ce qui va peut-être faciliter la compréhension de ceux qui ne pratiquent pas la langue de Goethe.

Tout au long de ses cent-vingt pages, alternent une longue étude sur une tradition venue des Alpes, de magnifiques photos d’archives anciennes et de non moins magnifiques images en couleur glanées dans les rassemblements traditionnels de Bavière. On y suit l'évolution de la Lederhose, des origines tyroliennes et bavaroises, à travers un voyage dans le temps et dans l’histoire richement illustré.
Un livre magnifique, superbement illustré et mise en pages !
Indispensable si on s’intéresse un peu à l’histoire de la culotte de cuir.

DieLederhose

livre2livre3





«Die Lederhose», Kleine Kulturgeschichte des alpenländischen Beinfleids.
Frantz J. GRIESHOFER, Christian BRANDSTÄTTER, Frantz HUBMANN.
Textes bilingues Allemand/Anglais, 30 photos couleurs, 78 photos noir et blanc.
Editions HUSUM. 1996. 120 p. Relié, toilé. ISBN 3-88042-762-3

Posté par ctruongngoc à 00:35 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,